habitat sûr

Les essais et mesures

Résistance d'isolement de l'installation électrique

Les appareils d'utilisation étant déconnectés, la résistance d'isolement est mesurée entre chaque conducteur actif et la terre (lors de cette mesure, les conducteurs de phase et le conducteur neutre peuvent être reliés ensemble). La résistance d'isolement doit être au moins égale à la valeur spécifiée dans le tableau ci-dessous, l'essai étant effectué sous la tension indiquée.
Ces mesures sont réalisées en courant continu, avec un appareil capable de fournir la tension d'essai spécifiée avec un courant de 1 mA.


Résistance d'isolement

La résistance d'isolement est généralement mesurée à l'origine d'une installation. Si la valeur obtenue est inférieure à celle spécifiée dans le tableau ci-dessus :

  • une seconde mesure est effectuée en veillant à déconnecter de l'installation fixe les appareils d'utilisation ;
  • l'installation peut aussi être divisée en plusieurs groupes de circuits ; la résistance d'isolement de chaque groupe est alors mesurée.

Remarques : la résistance d'isolement des câbles chauffants noyés dans les parois des bâtiments doit être au moins égale à 250 000 ohms.

Séparation électrique des circuits TBTS et TBTP

Cet essai dépend du type de schéma des liaisons à la terre (TN, TT ou IT). Les installations des locaux à usage d'habitation sont généralement alimentées par un réseau de distribution publique à basse tension selon le schéma TT. Dans certains cas (par exemple logement de fonction dans un établissement recevant du public), ces installations peuvent être alimentées par un poste de transformation privé selon un schéma qui peut alors être TT, TN ou IT.

Continuité des conducteurs de protection et des liaisons équipotentielles

Il est recommandé que l'essai soit effectué en courant continu ou alternatif, avec une source d'une tension à vide de 4 à 24 V, et avec un courant d'au moins 0,2 A. La continuité sera considérée comme satisfaisante si la résistance mesurée entre toute masse et le point le plus proche de la liaison équipotentielle principale ne dépasse pas 2 ohms pour une installation en 230/400 V.

Vérification des conditions de protection par coupure automatique de l'alimentation

La vérification et les essais dépendent du type de schéma des liaisons à la terre (TN, TT ou IT). Les installations des locaux à usage d'habitation sont généralement alimentées par un réseau de distribution publique à basse tension selon le schéma TT. Dans certains cas (par exemple logement de fonction dans un établissement recevant du public), ces installations peuvent être alimentées par un poste de transformation privé selon un schéma qui peut alors être TT, TN ou IT.

A- En schéma TT (cas le plus fréquent)

Mis à part la continuité des conducteurs de protection, la vérification comporte la mesure de la résistance de la prise de terre et l'essai des dispositifs à courant différentiel résiduel.

Résistance de la prise de terre des masses

La mesure peut être effectuée directement avec un ohmètre de terre et deux piquets auxiliaires.


Vérification zones d'influence
Contrôleur numérique de terre

Toutefois, en milieu urbain, cette méthode est souvent difficile à mettre en oeuvre (manque de place, sols bétonnés). La mesure de l'impédance de la boucle de défaut phase/terre donne alors une valeur par excès de la résistance de terre.


Mesure de l'impédance de la boucle de défaut phase-terre
Dans les deux cas, la mesure doit être effectuée à l'aide d'un appareil spécifique : un multimètre universel ne convient pas.

Barette ouverte ou fermée ?

En immeuble collectif d'habitation, la mesure de terre est souvent effectuée barrette fermée afin de ne pas mettre en danger les autres occupants de l'immeuble. Lorsque cela est possible, il peut être utile de mesurer les prises de terre "barrette ouverte"; et "barrette fermée"; afin de savoir si la valeur "barrette fermée" est due à la prise de terre spécialement établie ou à des prises de terre de fait qui risqueraient d'être supprimées sans préavis (réseau de distribution d'eau, de gaz)

Test des dispositifs à courant différentiel résiduel (DDR)

Une résistance variable est connectée soit entre un conducteur actif en aval du DDR à tester et les masses, soit entre un conducteur actif en amont et un autre conducteur actif en aval du DDR à tester. Dans les deux cas, le courant est progressivement augmenté en réduisant la valeur de cette résistance jusqu'au déclenchement du DDR en test.


Valeur maximale de la résistance devaleur prise de terre en fonction du courant différentiel


La sensibilité mesurée doit être en adéquation avec la valeur de résistance de terre obtenue précédemment selon la relation I?n ? 50/RA


Tests des dispositifs à courants différentiels résiduels

B- En schéma TN

Il faut s'assurer que le courant minimal de défaut franc (entre un conducteur de phase et le conducteur de protection) est au moins égal à celui qui provoque le fonctionnement du dispositif de protection (disjoncteur ou fusible) dans le temps prescrit. Dans ce but, l'essai comprend : la mesure de l'impédance de la boucle de défaut (comprenant la source, le conducteur actif jusqu'au point de défaut et le conducteur de protection entre le point de défaut et la source) ; la vérification des caractéristiques de déclenchement du dispositif de coupure associé :

Lorsque ce dispositif est différentiel (cas notamment d'un disjoncteur de branchement 500 mA), il suffit de satisfaire la condition : V0/Zs ? I?n

Le courant de défaut franc doit être au moins égal à la sensibilité du dispositif différentiel (tension nominale de l'installation). En pratique, cette relation est presque toujours vérifiée, car en schéma TN, le courant de défaut franc phase - masse est en fait un courant de court-circuit.

Dans le cas d'une protection par disjoncteur non différentiel, il faut : V0/Zs ? Im

Le courant de défaut franc doit être au moins égal au courant assurant le fonctionnement instantané du disjoncteur.

Dans le cas d'une protection par fusibles, il faut : V0/Zs? If

Le courant de défaut franc doit être au moins égal au courant assurant la fusion du fusible en 0,4 s (pour une tension phase neutre égale à 230 V).

C- En régime IT

Ce schéma autorise un premier défaut qu'il faut mesurer ou calculer. En présence d'un deuxième défaut, on se retrouve dans des conditions analogues soit au schéma TN, soit au schéma TT.

Suivant le cas, les vérifications seront menées conformément aux points a) ou b) ci-dessus

Sécurité des interventions

Les opérations d'entretien et de vérification des installations ne doivent être confiées qu'à des personnes qualifiées pour les effectuer. En particuliers, les opérations de remplacement d'un matériel électrique ne doivent être effectuées qu'après sectionnement du circuit d'alimentation correspondant.
Pour les conditions de sécurité dans lesquelles toutes ces opérations doivent être effectuées, il convient de se référer au Recueil d'instructions générales de sécurité d'ordre électrique UTE C 18-510 édité par l'Union technique de l'électricité.


Contrôleur d'installation



Association Promotelec

Centrée sur les enjeux de notre société, l'association agit pour :

 En savoir plus

  • Un habitat sûr

  • Un habitat adapté à chacun

  • Un habitat économe et respectueux de l’environnement

Favoriser votre réseau

Accès direct à l’annuaire des professionnels