La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

IGNES : « Nous soutenons des solutions en phase avec les enjeux actuels de notre société au sortir de la crise tels que le télétravail ou encore le maintien à domicile »

Publié le 30 juillet 2020

Promotelec s’est entretenu avec Anne-Sophie Perrissin-Fabert, Déléguée générale d’IGNES, l’organisation professionnelle des Industries du Génie Numérique, Énergétique et Sécuritaire, afin d’en savoir plus sur les projets du syndicat pour continuer d’accompagner les acteurs du secteur et les consommateurs vers un bâtiment performant, adapté aux besoins de chacun.

La crise sanitaire et le confinement ont mis à l’arrêt les chantiers pendant plusieurs mois. Comment vos adhérents ont-ils traversé cette crise ?

Dans la crise, le collectif prend encore plus de son sens. C’était important qu’IGNES soit au rendez-vous en tant que syndicat professionnel pour accompagner nos adhérents pendant cette période particulière.

Pour faire face à l’urgence de la crise, nous avons notamment mis en place des actions pour tenir informés quotidiennement nos adhérents des différents textes réglementaires parus concernant la mise en sécurité des salariés et les dispositifs d’aides aux entreprises disponibles.

Anne-Sophie Perrissin-Fabert, déléguée générale d’IGNES

Nombre de nos adhérents ont également mené des actions de solidarité au sein de leur territoire pour apporter les ressources dont elles disposaient, financières ou matérielles, et participer ainsi à l’effort général durant la crise. IGNES, avec un abondement de ses adhérents, a également conduit une action collective en soutenant l’initiative d’une grande association humanitaire française au profit des EHPAD.

Quels sont les axes d’IGNES au sortir de la crise ?

IGNES s’est mobilisé très tôt dans le plan de relance de l’économie à venir pour soutenir ses adhérents, qui fabriquent des solutions pleinement en phase avec les enjeux actuels de notre société, exacerbés par  la crise que nous vivons.

Le premier axe concerne le pilotage des équipements techniques des bâtiments, avec l’arrivée notamment du coup de pouce thermostat, pour répondre à l’enjeu de maitrise des consommations énergétique donc de consommer mieux. Il est de plus en plus incontournable avec le développement de l’autoconsommation et des installations de recharge des bornes électriques ou encore des besoins de la flexibilité/effacement des bâtiments.

L’action d’IGNES se tourne aussi vers les réseaux de communication pour un très haut débit effectif dans chaque pièce qui s’avère essentiel comme on l’a vu pendant le confinement pour télé-travailler, télé-consulter, télé-enseigner... Nous œuvrons aux côtés d’Objectif fibre, depuis sa création en 2009, pour généraliser la couverture en très haut débit sur le territoire et il reste du chemin, mais la crise a révélé qu’il était aussi clé de ne pas oublier de développer le dernier maillon : les réseaux de communication dans le parc existant.

A ce jour, seuls les bâtiments neufs ont l’obligation d’avoir un réseau universel qui permet de transporter au sein du logement la voix (téléphonie), les données (informatiques) et des images (télévision).

Bien sûr, nous n’en oublions pas pour autant nos fondamentaux : la sécurité électrique, électronique et l’éclairage de sécurité.

La transition démographique pose aujourd'hui la question de l’adaptation des lieux de vie des séniors. Comment IGNES aborde-t-il ce sujet ?

IGNES est depuis longtemps pleinement investi dans la filière silver éco, tout comme Promotelec. Sur ce terrain, nos adhérents proposent tout un bouquet de solutions domotiques, pour aider nos aînés en perte d’autonomie, qu’ils vivent à leur domicile ou en EHPAD, et pour soulager les soignants et les aidants dans leurs gestes du quotidien.

À côté des détecteurs de chute, ou des dispositifs d’alerte en cas d’incident (fuite d’eau, de gaz…), on retrouve également des solutions de téléassistance. Les solutions numériques et la domotique sont des éléments fondateurs d’un nouveau modèle de santé, adapté aux attentes des Français qui souhaitent majoritairement vieillir chez eux.

IGNES prépare un événement autour des cheminements de câbles pour la rentrée. En quoi cela va-t-il consister ?

Nous co-organisons en effet un événement avec Promotelec, le 17 septembre dans le cadre d’une campagne consacrée aux cheminements de câbles ou CMS (Cable Management System) dans leur abréviation anglaise. Avec cette opération, nous souhaitons mettre en avant les bonnes pratiques, dont la pose d’accessoires fait partie, pour sécuriser l’installation électrique.

IGNES assure la vice-présidence de Promotelec. Qu’attendez-vous aujourd’hui de l’action de l’association ?

L’association Promotelec est le lieu qui réunit tous les acteurs de la filière électrique autour de l’idée d’un habitat exemplaire en matière de sécurité électrique, mais aussi de confort et de qualité de construction, un habitat vertueux sur les plans environnementaux et climatique.

C’est important d’avoir cet espace où installateurs, fabricants, énergéticiens, maîtres d’ouvrage et associations de consommateurs peuvent co-construire, confronter leurs idées et porter ensemble des messages communs auprès des marchés sur un certain nombre de sujets, comme nous allons le faire par exemple avec le CMS.

Les études que nous réalisons ensemble permettent de soutenir ces messages communs et d’appréhender, de manière plus globale, les nouveaux enjeux liés à l’habitat. Avec des études comme celle sur le diagnostic électrique obligatoire, nous pouvons constater la façon dont les mesures sont réellement appliquées sur le terrain, et décider des actions ou des recommandations pour améliorer la mise en œuvre de certaines dispositions.

>> Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.ignes.fr.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur