La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

La sobriété énergétique, à mi-chemin entre technologie et mode de vie.

Publié le 08 août 2023

La sobriété énergétique, notion désormais au cœur de la politique de transition énergétique des autorités françaises, a permis une baisse significative de la consommation  énergétique globale pendant l’hiver 2022. Le particulier occupe une place importante dans l’avènement d’une consommation énergétique plus sobre, autant par ses usages quotidiens que par le soin qu’il met à maintenir ses appareillages électriques en état optimal, garantie d’efficacité énergétique. Les professionnels sont à ses côtés pour le conseiller et l’assister dans cette tâche.

Le second plan gouvernemental de sobriété 2023 succède à celui lancé en 2022. L’été dernier, au plus fort des craintes et des tensions géopolitiques pesant sur l’approvisionnement énergétique européen pour l’hiver, les pouvoirs publics affichent leur volonté de faire baisser la consommation énergétique de 10 % en deux ans. La sobriété est érigée comme un des piliers de la politique de réduction des émissions de CO2.

Au sortir de l’hiver, avec près de 10 % de baisse constatés entre octobre et décembre 20221, l'adaptation des pratiques et des usages de tous les acteurs (État, entreprises et organisations, particuliers) a eu un effet réel sur les pics de consommation et évité les délestages ou l'émission de signaux EcoWatt rouge2.

Depuis, la sobriété s’est inscrite dans la politique publique de réduction de notre consommation énergétique globale dans les décennies à venir. Pour l’hiver 2023, l’objectif reste d'ancrer le bon résultat 2022 dans la durée avec une baisse de 10 % confirmée d'ici fin 2024. L’objectif global demeure la baisse de 40 % des émissions à l'horizon 2050. Les particuliers ont un rôle important à y jouer. Car, ainsi que le souligne le ministère de l’Ecologie, « les bâtiments résidentiels contribuent à eux seuls à 30 % de la consommation d’énergie finale française. Le chauffage des logements constitue le premier poste de consommation (66 %) », soit 20% de la consommation totale française.

 

Sobriété, une dynamique technologique et une hygiène de vie

Préalable obligé, limiter le recours aux systèmes de production d’énergie suppose d’en connaître les consommations avant d'ajuster au mieux leurs performances. C’est dans cet esprit que la filière électrotechnique et électronique et les autorités françaises font la promotion des auxiliaires technologiques, tels que les thermostats intelligents, qui rendent visibles et pilotables les diverses sources de consommations d’énergie, de la production de chaleur, d’eau chaude sanitaire ou de rafraichissement.

Si l’efficacité énergétique tend vers une amélioration continue des rendements des terminaux électriques, la sobriété vient en second temps pour ajuster les performances des appareillages en fonction des conditions du moment (jour, nuit, heures chaudes, absence ou présence des occupants). Grâce au pilotage, les besoins induits par les conditions extérieures favorables ou défavorables, sont traduits au juste niveau de service par les systèmes de consigne.

Ce mouvement de fond en faveur du pilotage se reflète dans la production législative et règlementaire au niveau européen et français depuis plusieurs années. Ainsi, à titre d’exemple, l’obligation d’équiper à partir de 2027 tous les bâtiments, résidentiels et non résidentiels, existants et neufs, de systèmes de régulation de la température3 marque une étape vers un pilotage généralisé des espaces de vie.

Toutefois, la technologie et l’automatisation des tâches, aussi poussées soient-elles, restent un outil aux mains des utilisateurs. En ce sens, la sobriété peut être considérée comme une posture de vie à cultiver chez tout un chacun. Car la réussite du pari de la sobriété n’est possible qu’avec le concours de tous les acteurs, dont au premier chef de l’utilisateur, gestionnaire ultime de son logement.

 

Instaurer un nouveau rapport aux objets et à son environnement

La campagne 2023 sur la sobriété s’intitule « Je baisse, j’éteins, je décale », elle met l’accent sur les pratiques quotidiennes, habituelles, quasi-inconscientes qui régissent nos modes de vie. L’objectif est de montrer qu’avec une évolution des pratiques, il est possible, sans trop sacrifier au confort de vie, d'amoindrir et d’écrêter les pics de consommations électriques qui mettent le plus en tension le système de production national et européen, notamment les heures de repas. Ce sont ces modifications de ces pratiques qui ont permis d’atteindre la baisse de consommation constatée à l’hiver 2022. Abaisser la consigne de chauffage a été un élément déterminant mais on peut y adjoindre aussi l’extinction des appareils en mode veille, le recours au mode éco des lave-vaisselles, l’abaissement des températures de cycle des lave-linges ou encore de l’abaissement la température du chauffe-eau à 55 C°, tous ces gestes comptent et influent sur les esprits pour élargir la vision de chacun en faveur d’une sobriété de tous les instants.

Outre le chauffage l’hiver, les leviers de sobriété disponibles touchent aussi au confort d’été. Oui, l’automatisation du déploiement des stores de fenêtres de toit, une climatisation réglée sur les bonnes consignes (pas moins de 26 C°, pas plus de 4 degrés de différence entre l’intérieur et l’extérieur) sont autant de solutions qui vont dans le sens d’un confort accru et d’une optimisation de la demande en énergie. Reste que ces technologies complexes ne tiennent leurs promesses qu'en état de fonctionnement optimal.

 

Conseil, entretien, le professionnel, un recours indispensable

Avec l'avènement de systèmes performants et technologiques comme les PAC ou l’autoproduction photovoltaïque, le recours à un professionnel dans le cadre d’un contrat de maintenance s'impose plus que jamais. C’est d'ailleurs une obligation légale pour les PAC (biennale pour les modèles d’une puissance entre 4 et 70 kW) ou pour les chaudières à gaz (annuelle). Le lancement du carnet d’entretien du logement (CIL)4 confirme et amplifie cette tendance pour garantir l’efficacité des systèmes de chauffage ou de refroidissement et prolonger leur durée de vie. Avec une présence accrue de l’électricité dans les logements et une tendance de fond à la hausse des prix de l’énergie, intégrer la notion d’efficacité énergétique est un impératif. Car un matériel mal entretenu non seulement ne fournit pas ses performances optimales, mais peut aussi surconsommer.

Enfin, plus largement, en matière de sobriété et d’efficience, chaque occupant d’un logement peut à son niveau assurer la maintenance basique d’autres équipements électriques et prolonger d’autant leur durée de vie. Il s'agit d’opérations simples, préconisées dans les modes d’emploi des constructeurs, mais dont l’utilité jusqu’alors pouvaient échapper à l’attention de certains utilisateurs : dégivrer son congélateur régulièrement, détartrer le lave-linge, nettoyer les filtres de son lave-vaisselle, de sa PAC, ou encore de son aspirateur, voire détartrer et remplacer la résistance du chauffe-eau.

Les professionnels de la pose ou de l’entretien, les fabricants et toute la filière électrotechnique et électronique sont aux côtés des usagers pour leur prodiguer conseils d’entretien et rappeler les obligations concernant la maintenance. Cette attention nouvelle aux technologies domestiques de la part de chacun sera à même de faire rimer efficience énergétique, bons usages et entretien régulier pour inscrire la sobriété dans la durée.

1 Bilan de l’hiver 2022-2023 selon RTE (https://www.rte-france.com/actualites/bilan-hiver-2022-2023-coupures-electricite-evitees-grace-baisse-consommation)

2 EcoWatt : système météo de l’énergie mis en place par RTE, consultable et téléchargeant l'application EcoWatt. Le signal rouge indique un système de production tendu qui, si rien n’est fait en urgence pour baisser les consommations, entraîne des coupures et des délestages

3 Décret n°2023-444 du 7 juin 2023 relatif aux systèmes de régulation de la température des systèmes de chauffage et de refroidissement et au calorifugeage des réseaux de distribution de chaleur et de froid.

4 Loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, dans section 5bis : carnet d’entretien du logement, ch. 6, Titre II, Livre I du code de la construction et de l’habitation

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur