La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Non, le chauffage électrique n’est pas la solution la plus chère pour se chauffer

Publié le 12 février 2021

En réponse à un article paru sur le site Effy au mois de janvier, affirmant que le chauffage électrique serait la source d’énergie la plus chère au mètre carré, l’UFE (Union française de l’électricité) a décortiqué la facture moyenne de chauffage des Français en 2019 par type d’énergie, et le résultat est sans équivoque : les ménages ayant recours à l’électricité sont ceux qui dépensent le moins pour se chauffer. Explications.

Le chauffage au fioul en tête des solutions les plus onéreuses

En matière de chauffage, certains préjugés ont la vie dure, et celui qui voudrait que l’électricité soit l’énergie la plus chère pour se chauffer a, semble-t-il, encore de beaux jours devant lui, régulièrement entretenu par des communications mettant en lumière le caractère prétendument dispendieux de cette énergie.

Pour tordre le cou aux idées reçues, l’UFE a analysé méthodiquement la facture moyenne des Français en 2019 par type d’énergie en se basant sur les données publiques relatives aux consommations énergétiques dans le bâtiment mises à disposition par le Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie (CEREN), ainsi que les données de prix publiées notamment par le Service de la donnée et des études statistiques rattaché au ministère du Logement, de la Transition énergétique et des Transports.

Il ressort de cette analyse que des trois vecteurs énergétiques principalement utilisés pour le chauffage, à savoir le fioul, le gaz et l’électricité, « la facture des ménages se chauffant à l’électricité s’avère la moins élevée, avec 558 €/an de chauffage (hors bois), suivi par le chauffage au gaz avec 744 €/an », indique l’UFE.

Les ménages se chauffant au fioul sont ceux qui dépensent le plus pour se chauffer, avec une facture moyenne de 946 €/an. Même en considérant l’utilisation du bois comme source d’énergie secondaire, l’association révèle que la facture moyenne des ménages se chauffant à l’électricité s’élève à 726 €/an, contre 834 €/an pour le gaz et 1 279 €/an pour le fioul.

Rapporté au mètre carré, le chauffage électrique (en plus du bois) reste la solution la plus économe, affichant un coût d’environ 7,9 €/m².

La méthodologie en question

L’évaluation d’Effy, qui annonce une facture de chauffage électrique de 1 777 €, ou 16 €/m², voit donc ses données infirmées par les résultats de l’enquête de l’UFE, qui met également en avant un manque de cohérence avec les données transmises par le gouvernement, le ministère de la Transition écologique estimant la facture moyenne des Français en 2019 à environ 1 552 €/an pour l’ensemble des dépenses énergétiques de leur logement*.

Comment expliquer alors une telle disparité ? Pour l’UFE, il s’agit avant tout d’une question de méthodologie du côté d’Effy qui présenterait quelques limites.

L’étude d’Effy a été effectuée à partir des 10 824 montants de factures de chauffage communiqués à son site. Aucune information n’est précisée quant à la représentativité de la population française de cet échantillon, qu’il s’agisse du niveau de revenus, de la localisation ou encore du type de logements, souligne l’UFE.

L’association précise également que l’estimation de facture par Effy se base sur un calcul de consommations conventionnelles (estimées par des outils de calcul du type DPE – méthodes 3 CL notamment) et non sur des factures réelles.

«  Ce type d’estimation des consommations, qui ne tient pas compte du comportement des occupants des logements, tend à surestimer les consommations réelles pour les logements peu efficaces, certainement surreprésentés dans l’échantillon étudié ».

Une énergie économique et décarbonée

Largement reprises dans les médias, les affirmations erronées concernant le chauffage électrique participe aujourd’hui à une défiance vis-à-vis de l’électricité qui passe aux yeux du grand public pour une énergie « hors de prix » et voit son image régulièrement ramenée aux convecteurs électriques, les fameux grille-pains, populaires dans les années 80/90, et surtout connus pour être de véritables gouffres énergétiques.

Mais depuis, de nombreux progrès ont été réalisés, et les nouvelles solutions de chauffage commercialisées aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ces anciens appareils en matière de confort de chauffe et de consommation.

Thermostats connectés, appareils de chauffage intelligents, ces équipements sont programmables et pilotables à distance via son smartphone, et permettent d’ajuster la consommation d’énergie d’un logement en fonction des besoins réels des occupants pour éviter le gaspillage d’électricité.

On estime à 30 % les économies réalisables sur le poste chauffage grâce aux nombreuses fonctionnalités des appareils électriques intelligents.

L’intérêt du chauffage électrique n’est pas qu’économique, mais également environnemental. La France a la chance d’avoir une électricité peu carbonée, grâce à un mix énergétique dominé par le nucléaire.

À quelques mois de l’entrée en vigueur de la prochaine réglementation environnementale des bâtiments, dite RE2020, qui a pour objectif de faire évoluer le parc immobilier vers un modèle bas carbone, l’électricité s’impose donc comme un atout de taille pour parvenir à décarboner les bâtiments et réussir la transition énergétique du pays.

Pour plus d’informations sur le chauffage intelligent, découvrez dès maintenant notre campagne spéciale « C’est pas idiot ».

Au programme : des vidéos qui vous présentent les avantages du chauffage électrique connecté, mais aussi notre étude sur le sujet, ainsi que des articles pour en savoir plus sur le fonctionnement d’un radiateur connecté et les aides disponibles, et une sélection de produits à envisager si vous souhaitez remplacer vos équipements.

* Source Bilan énergétique de la France en 2019. « La facture moyenne d’énergie des ménages s’élève à 3 140 € en 2019 (dont 1 400 € de taxes), et est répartie à parts presque égales entre le logement et les carburants ».

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur