La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Objets connectés dans l’habitat : Promotelec dévoile sa nouvelle étude !

Publié le 29 novembre 2019

Présentée le 27 novembre à l’Assemblée nationale, la nouvelle étude Promotelec sur les objets connectés dans l’habitat  invite à poursuivre l’exploration de la maison intelligente, en allant plus loin dans l’analyse du rapport qu’entretiennent les Français vis-à-vis des OCH, et de leurs attentes sur le sujet.

Vers en meilleur confort énergétique

Réalisée par l’institut Sociovision, en partenariat avec la Fédération du Service aux particuliers (FESP) et le Groupe La Poste, l’étude s’inscrit dans la lignée des nombreux travaux que Promotelec a publiés ces dernières années sur les objets connectés. Engagée pour plus de confort dans l’habitat, l’association reconnait les objets connectés comme un moyen d’améliorer le logement pour fournir à l’occupant davantage de bien-être et de sécurité.

étude Promotelec OCH 2019

« Beaucoup de choses ont été dites sur l’engouement, ou plutôt le pseudo-engouement, du public concernant les objets connectés. Force est de constater que les prévisions qui annonçaient l’avènement de la maison intelligente ne se sont toujours pas  avérées », a déclaré Florence Delettre, lors de la conférence de presse donnée pour la présentation de l’étude.

« L’idée, avec cette enquête, est de savoir où nous nous situons par rapport à cette bulle, et de mieux comprendre les besoins des Français en matière  d’objets connectés ».

Pour Promotelec, l’intérêt des objets connectés est multiple et cette étude permet de faire un état des lieux du marché pour faire ressortir les leviers potentiels d’optimisation. « Les objets connectés sont particulièrement utiles pour avoir une meilleure maîtrise des consommations énergétiques de son logement.

Toutes les solutions qui vont permettre de contrôler à distance le chauffage, de détecter les fuites d’eau, de commander les ouvrants, sont autant de moyens de lutter contre le gaspillage énergétique, de réduire les factures, et d’améliorer les conditions de vie de l’habitant », a expliqué Florence Delettre, avant d’ajouter qu’une installation électrique en conformité est la base de tout smarthome.

Quand objets connectés et services au domicile font bon ménage

Au-delà des atouts à portée énergétique que présentent les objets connectés, l’étude permet de mettre en avant les avantages de la maison intelligente dans le recours aux services au domicile. Seuls 18 % des Français ont aujourd’hui recours à ce type de prestations, un chiffre qui pourrait être décuplé grâce aux OCH, selon l’étude.

Serrure, alarme, caméra, … de nombreuses solutions désormais disponibles en version connectée, permettent aujourd’hui à l’utilisateur de donner l’accès à son logement à un tiers, de le contrôler à distance, ou de communiquer avec le professionnel intervenant au domicile.

Les objets connectés jouent ici leur rôle de facilitateurs du quotidien, rôle attendus par les Français, nombreux à  estimer que les OCH vont leur faire gagner du temps (19 %), et les aider à mieux organiser leur vie quotidienne (18 %).

Entretien du domicile (ménage, repassage), soutien aux familles (garde d’enfant, soutien scolaire), les objets connectés garantissent à l’utilisateur alors plus de souplesse dans son emploi du temps et dans la gestion des tâches qu’il souhaite déléguer.

D’après l’étude, l’utilisation des OCH présenterait également un intérêt dans le maintien à domicile. « On estime qu’une distance de 250 km en moyenne sépare une personne en perte d’autonomie de sa famille. Sans se substituer à l’intervention humaine, les objets connectés peuvent servir à conserver un lien familial entre les deux parties, et de permettre à la famille d’être en contact plus facilement avec l’aidant à domicile », a expliqué Antoine Grézaud, Directeur général de la FESP. L’enquête montre en effet que les objets connectés sont acceptés par l’utilisateur à condition qu’ils n’affectent pas les relations humaines.

37 % des personnes interrogées pour l’étude considèrent par ailleurs que les OCH sont utiles pour un professionnel du service à domicile. Alors que huit Français sur dix souhaitent vieillir chez eux, et que seuls 6 % des logements sont adaptés à la perte d’autonomie, les objets connectés pourraient s’imposer ainsi comme un moyen efficace de favoriser le maintien des personnes dépendantes dans leur logement, et d’accompagner la transition démographique dans laquelle la société est engagée.

>> Promotelec vous propose de consulter dès maintenant la synthèse de l’étude « Maison intelligente, un potentiel pour le développement des services à domicile en cliquant ici.

L’étude complète sera publiée dans le courant du mois de décembre à l’occasion d’une communication spéciale consacrée aux objets connectés.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur