La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Le Plan Bâtiment Durable au chevet des rénovations énergétiques

Publié le 25 janvier 2017

Un rapport de synthèse sur les « nouvelles dynamiques de rénovation des logements » vient d’être publié par le Plan Bâtiment Durable. Il relève les freins qui empêchent au marché de la rénovation énergétique de se développer et formule de nombreuses propositions pour le dynamiser. Avec un enjeu majeur : parvenir à créer une parfaite adéquation entre l’offre et la demande.

Quelques mois seulement après la parution du rapport de la Cour des Comptes soulignant une « qualité moyenne » des rénovations énergétiques (1), un nouveau document dresse un constat en demi-teinte du marché de la rénovation énergétique. Au-delà des constats, les rédacteurs du rapport « Nouvelles dynamiques de rénovation des logements » (2) ont recherché les leviers de croissance possibles pour engager « la massification des rénovations énergétiques » et formuler des préconisations. Ils ont pu s’appuyer sur quelque 80 contributions adressées au groupe de travail constitué.

Premier constat : faire évoluer la communication autour de la rénovation énergétique

L’objectif fixé par l’État de réaliser 500 000 rénovations énergétiques par an à partir de 2017 n’est pas atteint. Au total, parcs privé et social confondus, 393 000 logements ont été rénovés (3).

Comment expliquer ce décalage ? Les deux rapporteurs pointent notamment du doigt les discours trop « réducteurs et uniformes » sur la rénovation énergétique, inadaptés à des publics et à des situations différentes. L’argumentaire axé sur les seules économies d'énergie apparaît également comme un « frein », « car il met en relief un temps de retour sur investissement beaucoup trop long (10, 15, 25 ans) ».

Parmi les propositions :  

  • Redéfinir la communication institutionnelle nationale sur la rénovation énergétique dans le sens d’un discours valorisant les notions de confort, de bien-être, de qualité d’usage et d’amélioration de la valeur patrimoniale.

La vision de Promotelec

La 3ème enquête annuelle « Habitants, habitats et modes de vie » réalisée par l’Observatoire Promotelec du confort dans l’habitat (1) révèle que, pour 64 % des particuliers ayant engagé des travaux de rénovation, la recherche du confort était la première motivation, loin devant la réduction de la facture d’énergie (28 %).

La valeur verte est sans conteste un levier que les professionnels peuvent mettre en avant auprès des particuliers. La 3ème enquête annuelle de l’Observatoire Promotelec confirme que 16 % des particuliers ayant réalisé des travaux de rénovation sont motivés par l’augmentation de la valeur patrimoniale de leur bien(1).

(1) Observatoire Promotelec du confort dans l’habitat – 3ème Enquête annuelle « Habitants, habitats & modes de vie » - octobre 2015.

  • Coupler la rénovation énergétique aux évolutions du confort d’usage et des besoins en fonctionnalités de l’habitat, en particulier lors de moments clés au sein de la cellule familiale :
    • renforcer de manière plus systématique l’articulation et la complémentarité entre les travaux liés à la perte d’autonomie et ceux liés à l’énergie ;
    • profiter d’autres évolutions de la cellule familiale (naissance, départ d’enfants élevés…) et des modes de vie, de travail et de gestion partagée (télétravail…) pour inciter au passage à l’acte de rénovation et adapter le logement existant aux nouveaux besoins.

La vision de Promotelec

L’association prône depuis de nombreuses années la nécessaire évolutivité du logement en fonction des besoins et des usages de ses occupants (adaptation aux personnes âgées, travail à domicile, etc.). Elle a notamment publié une brochure sur le thème du télétravail et publié sur son site de nombreux articles sur l’adaptation du logement pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées.

Deuxième constat : améliorer la confiance et faire évoluer l’offre

Autre frein : le manque de confiance entre les particuliers et les professionnels d’une part, et les professionnels entre eux, d’autre part. Les rapporteurs estiment que la culture professionnelle doit évoluer afin de « contribuer à instaurer une relation de confiance durable avec le consommateur en vue de faire croître et de pérenniser l’expression de la demande ».

Pour les auteurs, l’offre de travaux de performance énergétique doit également évoluer pour devenir plus globale, plus adaptée, plus lisible, mieux encadrée. Ils estiment qu’ « il ne reste qu’à engager collectivement le mouvement car c’est bien en travaillant ensemble que les professionnels répondront au défi de la transition énergétique dans le bâtiment. »

La vision de Promotelec

À travers son Label Promotelec Rénovation Énergétique (LPRE), l’association encourage les professionnels à présenter une offre de rénovation globale portée par un interlocuteur unique, le professionnel expert en rénovation énergétique, ainsi que le recommande le rapport. Le LPRE encourage le recours à des solutions performantes ayant bénéficié de marquages certifiant leur qualité. Il induit ainsi une valorisation du patrimoine.

Parmi les propositions :  

  • Créer un écosystème favorable pour relancer la dynamique du marché :
    • renforcer le rôle des collectivités territoriales comme tiers de confiance qui fédère, anime et coordonne l’action des professionnels sur un même territoire ;
    • mandater un interlocuteur unique auprès des ménages pour les accompagner de manière neutre tout au long de leurs travaux.
  • Développer un véritable marketing de l’offre de rénovation pour relancer la confiance :
    • proposer la mise en place de chartes d’engagement (qualité, garanties de performances, délais d’exécution, optimisation des prix…) ;
    • encourager les professionnels à se regrouper en vue d’optimiser leur offre et d’offrir une prestation globale de conseils et d’accompagnement du particulier ;
    • encourager en ce sens leur montée en compétence, formation et qualification.

La vision de Promotelec

Le rapport du Plan Bâtiment Durable renforce le rôle des professionnels : ils sont confortés dans leurs missions de conseil et d’accompagnement au plus près de chaque client et prospect en lien avec la situation personnelle de chacun. Précédant la proposition du Plan, Promotelec encourage depuis de nombreuses années les professionnels à se former et à se qualifier, de manière à pouvoir s’engager sur le marché de la rénovation énergétique, mais aussi pour susciter la confiance de leurs clients.

Lire l’intégralité du rapport

(1) « L’efficience des dépenses fiscales relatives au développement durable », Cour des Comptes, septembre 2016.
(2) Publié au mois de décembre 2016 par le Plan Bâtiment Durable, le rapport « Nouvelles dynamiques de rénovation des logements » a été rédigé par Jean-Pascal Chirat, délégué général du Club de l’Amélioration de l’Habitat, et Frédéric Denisart, architecte, élu du Conseil national de l’Ordre des architectes.
(3) Rapport OPEN de l’Ademe, issu de la campagne 2015 (rénovations performantes ou très performantes réalisées en 2014 dans le logement privé).

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur